dimanche 19 juin 2011

La presse s'empare du succès : Courrier Picard et Midi Libre célèbrent les Champions de France

Le Courrier Picard a rendu instantanément compte du succès des "Montpelliérains" avec les honneurs de la quadrichromie, pour une victoire "bleu-blanc-rouge". Une palette de couleurs que nos badistes ont endossée avec beaucoup de fierté.

Le cliché du haut a été réalisé au cours du double mixte, match qui fut décisif dans le gain de la Finale. Walhérand, en fond de court, et Sarah, au filet, font face aux bretons. En arrière-plan, les coachs, arc-boutés sur leurs sièges, concentrés, les nerfs à vifs, portent de leurs encouragements le duo vers La Victoire !

Réactif à cet évènement, le Midi Libre a, lui, dégainé le 2 juin une "brève" flashy, en page Autour de Montpellier :


Certes, certains dictionnaires inconséquents définissent une brève comme "une information courte et de peu d'importance", commettant là une erreur de taille ! Car, si effectivement une brève est concise dans sa rédaction, contractée, regroupée, c'est pour mieux bondir sur le lecteur averti, affamé d'informations croustillantes. La brève est aussi une mise en bouche.
Une brève n'est donc pas sans importance, bien au contraire, une brève est comme un éclair, un jaillissement, elle fait irruption, attire l'oeil sur un évènement, un alentour, qui ne saurait passer inaperçu. Elle impacte, alerte, suscite les curiosités, appâte, et invite à creuser l'information.
Car bien souvent, dans sa fulgurance, la brève prépare le terrain pour un papier, un article plus conséquent, détaillé et fouillé :



En souvenir, la superbe affiche du championnat de France (qui, revêtue des signatures des vainqueurs, trône désormais, flamboyante, dans la Halle aux sports), suivie des résultats complets de cette rencontre :


samedi 4 juin 2011

Retour sur un exploit !

La journée du jeudi 26 mai a débuté par un nouveau réveil aux aurores. À 6h pétantes, nos futurs champions étaient d'aplomb. Ce matin-là, à 8h, une demi-finale les attendait au gymnase du lycée Charles De Gaulle. Dès 7h nos badistes investissaient les lieux, dégainaient leurs raquettes et commençaient leur échauffement. Lorsque leurs adversaires du collège Pierre Girardot de Sainte Tulle (académie d'Aix-Marseille) arrivèrent, ils étaient fin prêts à ferrailler.
La partie qui s'engagea fut particulièrement tendue, le stress était palpable. L'enjeu était de taille, l'adversaire particulièrement coriace et motivé. Lui aussi jouait avec en point de mire La Finale ! Lui aussi y croyait et voulait en être !
Dès l'entame, la rencontre s'annonça  périlleuse. Si les garçons remportaient leur double, les filles perdaient leur match par 2 sets à 1... Un point donc dans l'escarcelle de chaque formation, et place à présent aux simples, homme et dame, joués en parallèle sur des terrains attenants. À Manon et à Lucas de se jeter dans l'arène. Grosse pression, surtout ne pas faillir sur les deux scènes, ou c'en était fini des espoirs d'orpailleurs. Opposée à une joueuse déterminée, Manon, malgré une farouche résistance, du s'incliner. Désormais, en empochant un point supplémentaire, les Tullésains prenaient une sérieuse option sur la victoire.
Mais, c'était sans compter avec l'énergie et la volonté d'un Lucas Audebert survolté et jusqu'au bout concentré. S'engageant à fond dans son match, il venait finalement à bout, à l'arraché et sans "grincher", de son adversaire par 2 sets à 1. Les compteurs étaient remis à zéro, tout allait donc se jouer sur le 5ème et dernier match : le crucial double mixte, dont Sarah et Walhérand étaient nos héros. Tous les deux se montrèrent à la hauteur du défi qui les attendait. Survolant la rencontre, grâce à une jeu bien rôdé, ils offraient le point décisif, propulsant leur équipe en finale !
Résultat : 3 à 2, et un pied sur la plus haute marche du podium. Ne restait plus qu'à terminer l'ascension, sans vaciller.

L'épreuve ultime était prévue à 14h au gymnase Guérin. Aussi, dès 12h, après un "apéritif" pris au pied du château de Compiègne, suivi d'une légère collation, les Rouge et Noir débarquaient bien avant l'heure dans cet antre du badminton. Seuls, à l'abri des regards, ils répétèrent consciencieusement quelques séquences de jeu, avant que le gymnase ne commence à s'emplir des finalistes (en parallèle se disputait également la finale du championnat de France Excellence) et les tribunes, d'un public averti.
L'équipe du collège Kérallan de Plouzané (académie de Reims), contre laquelle nous allions devoir batailler, alignait des gabarits quelques peu impressionnants, des garçons d'un bon mètre quatre-vingt, des filles de plus d'un soixante-dix ! Mais, cet après-midi-là, Manon, Sarah, Théo et Walhérand avaient décidé de ne pas s'en laisser compter, ils savaient que leur jeu de double était solide. Et ce fut effectivement le cas, puisque nos duos apportèrent d'emblée 2 précieux points à leur team. Les filles sur le score sans appel de 2 à 0, les garçons plus difficilement par 2 à 1, et ce après avoir été menés 14-12 et  avoir renversé ce score sur le fil pour conclure par un 16-14 !
Avec deux points d'avance, nos collégiens savaient qu'il leur suffisait d'un nouveau match gagné pour décrocher le Graal.  Deux matchs de simple s'engageaient, deux occasions à saisir pour "tuer la rencontre"... Mais encore fallait-il en gagner un pour marquer le "petit" point libérateur. Or, les Rennais alignaient en simple dame et simple garçon leurs jokers.
Si Lucas perdit là son premier match du championnat... Manon fut, elle, à un volant du triomphe... Après avoir nettement  perdu le premier set, face à une joueuse chevronnée qui multipliait les dégagés puissants et profitait du moindre renvoi "facile" pour conclure, Manon se ressaisissait et emportait le second set, faisant désormais douter son adversaire. Le troisième set, set décisif, fut éprouvant pour tous, puisque Manon fut sur le point de faire définitivement basculer la rencontre. En menant 14 à 11, elle disposait de 2 volants de match ! Mais, les dieux du badminton en avaient décidé autrement, puisque, in extremis, son adversaire renversait la situation et l'emportait 16 à 14... Désormais à égalité, 2 à 2, les deux formations se retrouvaient dos-à-dos. À nouveau, le double mixte allait être déterminant.
Surprise, pour ce match crucial, les Plouzanéens alignaient leur troisième garçon... Quel était donc son niveau, était-il un spécialiste du double mixte, rompu à cette discipline ? Une carte maîtresse sortie pour rafler la dernière donne ? Mais il n'était plus temps de tergiverser, quel que soit le niveau de ce "nouveau", de ce "tout frais", de cet "inconnu au bataillon", Walhérand et Sarah étaient bien décidés à en découdre. Ce qu'ils firent sans modération. Rendant coup pour coup, ils empochèrent le premier set. Fléchirent et perdirent le second, pour... finalement dominer le troisième, gagné 15 à 9, dans une explosion de joie (et de soulagement).
Si les retours de service très incisifs de Walhérand mirent à mal la défense adverse, Sarah fut l'architecte pugnace de cette victoire. Alternant  attaques percutantes, jeu au filet offensif et volants placés, elle conclut nombre de points, s'affirmant comme une redoutable compétitrice !
Soulignons que, tout au long de ce championnat, le parcours des Théviésois fut particulièrement difficile et semé d'embûches. Les équipes auxquelles ils furent tour à tour opposés se révélèrent de solides concurrents. Aucun match de fut "facile", et ce dès la première journée. Ainsi le collège Les Clauzades de Lavaur (académie de Toulouse), rencontré en poule, se classa 7ème, le collège Terre Sainte de Saint Pierre (Île de la Réunion), rencontré en quart de finale, termina 5ème et Sainte-Tulle (1/2 finale) s'adjugeait le bronze !

Ainsi, ils l'ont fait ! Léa, Manon, Sarah, Théo, Lucas et Walhérand sont montés sur la plus haute marche du podium, et avec eux toute l'AS badminton du collège Alain Savary.
Bravo et merci à eux six mais aussi aux joueurs et joueuses de l'AS qui tout au long de cette année les ont accompagnés, ont travaillé avec conviction et se sont opposés à eux lors des entraînements. Merci à ceux et celles qui les ont précédés, et qui ces dernières années ont élevé le niveau de jeu de notre AS. Sans leur investissement, l'aventure n'aurait certainement pas été aussi belle.
Cet exploit leur doit beaucoup, il est aussi le leur.


Avant que ne débute la rencontre, le coach mobilise les équipes de double

Marche triomphale vers le podium !